Le rencar

Agenda - horaires

Un bref écho de la Montée vers Pâques 2012 des jeunes du Jura bernois

Montée vers Pâques 2012 Zoom sur « Montée vers Pâques 2012 » (touche ESC pour fermer)
Montée vers Pâques 2012

Vendredi saint, la matinée est consacrée à une réflexion sur la mort.
C. un homme de la quarantaine et S. une femme de la même tranche d’âge, tous deux bénéficiaires du rencar viennent témoigner; S. a frôlé la mort en Amérique latine dans une  mine, elle a eu très peur... mais aujourd’hui elle a peur de vivre «car vivre ça fait mal». C. a connu l’enfer des consommations abusives : «ma seule amie fidèle c’était la bouteille», il vient raconter aux jeunes qu’il vaut la peine de vivre même si c’est une histoire douloureuse. Les récits de vie de C. et S. ont bouleversé les jeunes. C. et S. ont aussi été bouleversés par l’accueil des jeunes. Leur parole offerte est devenu le lieu d’une transformation lente par laquelle ils tentent de sortir de l’oubli, du rejet, de l’enfermement sur soi.
Après les avoir rencontré, les jeunes se sont mis à écrire des billets d’espérance qui se promènent avec le rencar dans leur jolie boîte bleue pour être offert à d’autres bénéficiaires. Vous pouvez en visualiser quelques-uns (cliquez ici).

Montée vers Pâques 2012 Zoom sur « Montée vers Pâques 2012 » (touche ESC pour fermer)
Montée vers Pâques 2012

Voici encore deux extraits des homélies de la Veillée pascale et du matin de Pâques, à travers lesquelles les paroissiens ont été sensibilisés à l’activité du rencar :

«Hier les jeunes ont rencontré deux témoins. Ils sont venus dire comment la parole fait oeuvre de bien dans leur vie. Quand souffrir fait peur de vivre, il est impératif de pouvoir dire la souffrance... sinon c’est la vérité de la mort qui l’emporte.

Parler met en vie.
Je l’expérimente tous les jours en accompagnant des personnes dans le rencar, que ce soit ici, devant cette église tous les mardis après-midi où quand je vais à Bellelay, à proximité des prisons et partout ailleurs.

Et vous savez, chaque fois que je prends la route avec le rencar pour aller vers une institution ou dans un espace public, je fais chaque fois cette même invocation :
Seigneur, non pas mes mots mais ta Parole !

Mes mots sont bien peu de chose face aux idées suicidaires, face à la culpabilité, face à ces vies enfouies sous le mensonge, la trahison, la manipulation et les abus en tout genre.
J’entends, j’accueille...
Je veux croire toujours que Dieu est là dans la rencontre et qu’il entend...
Et quand j’ai à prendre la parole sur ces récits de vies torturés, je m’accroche à cette idée fragile que mes mots peuvent être inspirés par Lui.

Dieu nous parle, murmure à nos coeurs.

C’est une flamme fragile.

Combien de fois des patients m’ont dit : «je veux croire à la lumière. Je suis dans une telle obscurité que je veux croire à la lumière. Là c’est la nuit, le noir total, mais je veux croire que la lumière existe et je crois que la seule lumière que je peux espérer, c’est Dieu...»

Dieu sait que j’en ai entendu des soifs d’hommes et de femmes à bout de vie...

Mais je demeure fermement dans cette conviction : la petite flamme d’espérance va peut-être gagner !
Alors je fais venir la parole au coeur de ces êtres blessés
et cette parole donne du souffle
et quand la flamme reçoit du souffle elle grandit
et elle éclaire des parts oubliées de la vie
qui peut doucement s’ouvrir à l’éclosion d’un printemps possible.

Il y a quelques jours, après un entretien terriblement bouleversant de cruauté subie, une dame me disait : je crois bien que je suis au début du commencement de quelque chose de nouveau dans ma vie...

La vérité vous rendra libre

En cette nuit de Pâques, la Résurrection vient faire la lumière dans nos vies.
Elle veut nous libérer de nos peurs, nos angoisses, nos terres d’esclavage.
Dieu nous parle pour attiser en nous la flamme de nos espérances.
La lumière l’emporte, elle fait exploser la pierre roulée sur la mort.

Vous le cherchez, il n’est plus ici, il vous précède en Galilée.
Autrement dit, dans une compréhension a posteriori des Apôtres,
il vous précède chez vous, en vous.

Oui les amis,
la Résurrection de Jésus fait la clarté en nous.
C’est là qu’il nous attend.
La Résurrection c’est en chacun de nous, en nous tous ensemble.
Cette nuit Dieu fait de nous des êtres de lumière.»
(Homélie de la Veillée pascale 2012, JCM)

Messages-solidaires-MvP2012 Zoom sur « Messages-solidaires-MvP2012 » (touche ESC pour fermer)
Messages-solidaires-MvP2012

«Depuis vendredi matin, les jeunes ont écrit des messages d’espoir, des bonnes nouvelles qui vont prendre la route avec le rencar.
Dans le rencar, à voir le nombre de personnes qu’il a accueilli en 5 semaines d’activités, je peux imaginer que d’ici Pâques prochain, près de 600 récits de vie bouleversées vont s’y raconter... et quelques fois l’une ou l’autre de ces personnes accablées par l’existence va repartir du rencar avec une bonne nouvelle écrite par vous les jeunes durant ces trois jours ressuscitants.

Portons dans notre prière celles et ceux qui viendront évoquer leur souffrance au rencar
et écoutons les messages d’espoir que vous tenez à leur adresser...

Merci pour ces messages, ces bonnes nouvelles de Pâques vont apporter de la lumière au rencar. Vous l'avez compris, dans cet espace d'accueil et de rencontre mobile, la réalité de la mort est omniprésente. Là les gens viennent tenter de faire la vérité sur les heures sombres de leur histoire. Pour moi, comme pour mes collègues engagés au rencar et les 15 bénévoles accueillants, il nous est possible de tenir dans ces réalités accablées grâce à la force de prière et d'espérance d'une foule inconnue qui nous porte et nous permet de garder confiance en la vie.
Vivre avec vous ces jours de Pâques, que vous ayez offert une place dans votre vie pleine d'énergie et de fougue à la souffrance des personnes accueillies au rencar, à été un bol d'énergie phénoménale.

Grâce à vous les jeunes, grâce à la foi tenace de toutes les personnes qui communient à l'action du rencar et de tous les chrétiens qui se mobilisent pour que la lumière de l'espérance l'emporte sur la mort, j'en suis certain, en nous et tout autour de nous le Christ est ressuscité et il nous met en vie éternellement.
(Homélie du matin de Pâques 2012, JCM)